[an error occurred while processing this directive] [an error occurred while processing this directive]

Le bébé cherra

Savez-vous que dans notre société, il est très grave de faire tomber un bébé ? Je l’ai découvert, à mes dépens, jeudi dernier, dans le bus.

J’écoute paisiblement « À votre écoute, coute que coute«  (j’en profite pour recommander chaleureusement cette émission) lorsque mon bus s’arrête. Par arrêt, j’entends « arrêt plus long que d’habitude », il est normal qu’un bus s’arrête régulièrement, c’est même un peu le principe, mais là le bus s’est arrêté longtemps. Et ça, ce n’est pas normal du tout.

Je retire mes écouteurs et je me renseigne auprès de la CPS- assise à ma gauche.

- Que se passe-t-il ? Pourquoi le bus s’est-il arrêté ?

- Une dame, en sortant du bus, a fait tomber son bébé.

Je reste perplexe, dans l’incompréhension. C’est comme si pour m’expliquer un refus de prêt immobilier on m’avait comme argument « Je déteste le citron ». Mon cerveau ne parvient pas à faire le lien entre la chute du bébé et l’arrêt du bus. Je me permets une question supplémentaire.

- Et alors ? Pourquoi le bus est-il arrêté ?

- Mais enfin… la dame a fait tomber son bébé en sortant du bus.

De plus en plus perplexe, je regarde par la fenêtre et vois une jeune femme, en train de pleurer, avec dans les bras un bébé en train de pleurer lui aussi. J’essaie de m’intéresser.

- Ce bébé à l’air en bonne santé. Écoutez comme il braille.

Une autre dame, devant moi, se retourne et me fusille du regard. Je constate à ce moment que dans le bus, tout le monde ne parle que de la chute du bébé. Chacun à un avis, un conseil, une anecdote. Malgré mes efforts, je n’arrive pas à donner de l’importance à ce non-événement. J’aimerais que mon bus redémarre.

Une femme se lève, dit « Je suis médecin… enfin infirmière » (là je rigole bruyamment en faisant « Ahah » et la dame de devant me re-fusille du regard). La dame sort du bus et va caresser la tête du bébé avec un air très sérieux. Je ne comprends pas trop le geste. Ni le lien avec sa profession. Ensuite elle retourne s’assoir et dit à sa voisine : « Je crois qu’il va bien, mais avec les bébés, on ne sait jamais, c’est si fragile à cet âge… Il faut voir un médecin au plus vite« . J’ai envie de me moquer d’elle et de son diagnostic tout pourris, mais sentant une certaine tension dans le bus, je me tais.

Les portes se referment. Le bus fait « Dong Dong » et les portes se rouvrent. Un bébé dans le bus se met à pleurer aussi. Alors que lui n’est pas tombé. La preuve vraiment, la chute n’a pas à voir avec grand-chose. Rien n’a vraiment de sens.

J’ai l’impression d’être dans un rêve chiant. Je ferme les yeux, imagine que le bus est plein de filles à poil (technique de rêveur conscient), je rouvre les yeux… Le bus est toujours plein de ploucs qui discutent du bébé.

Puis le bus est reparti. Enfin. Mais les gens ont continué à parler du bébé. De son crâne. De son peut-être handicape lié à la chute.

N’importe quoi les gens.


Posté le par Guillaume Natas dans Aisance en Médisance 24 Commentaires
[an error occurred while processing this directive]
[an error occurred while processing this directive]
[an error occurred while processing this directive]